Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
¤ Web-Khankah ¤

La beauté empruntée - Roumi

24 Novembre 2011 , Rédigé par Tabrez Publié dans #Poèmes - Paroles de sagesse

 

 

La beauté empruntée


De la part de ceux qui ont les lèvres douces, l’amertume devient suave ;

De la roseraie, même les épines sont exquises.

La coloquinte devient des dattes, lorsqu’elle vient de la bien-aimée ;

La maison est transformée en vastes prairies par celle qui l’habite avec vous.

Oh, il y a bien des gens qui supportent des peines de la part des beautés

Dans l’espoir d’obtenir une bien-aimée aussi ravissante qu’une fleur.

Oh, maint porteur a le dos déchiré de blessures par amour

Pour la beauté à laquelle il a donné son cœur.

Le forgeron a noirci son cœur afin que, la nuit venue, il puisse baiser le visage pareil à la lune de son aimée.

Le marchand reste assis sur un banc jusqu’à la nuit tombée,

Parce qu’une femme élancée comme un cyprès s’est enracinée dans son cœur.

Un négociant voyage par terre et par mer : il se hâte pour celle qui reste à la maison.

Le charpentier consacre son attention au bois dans l’espoir de servir une beauté.

Quand à toi, fais des efforts dans l’espoir du Vivant

Qui ne devient pas privé de vie après un jour ou deux !

Ne choisis pas, par mesquinerie, une personne mesquine pour ami : cette amitié en lui est empruntée.

Si tes amis, autre que Dieu, possèdent la permanence,

Qu’en est-il de ton amitié avec tes père et mère ?

Si quelqu’un d’autre que Dieu est digne de confiance,

Qu’est devenue ton amitié pour ta nourrice et ton éducateur ?

Ton affection pour le lait et le sein n’a pas duré, ta timidité pour te rendre à l’école n’a pas duré.

Cette amitié était un rayonnement projeté sur leur mur : ce signe du Soleil est retourné vers le Soleil.

Quelque soit la chose sur laquelle peut tomber le rayonnement divin,

Tu deviens amoureux de cet objet.

Quelle que soit la chose existante à laquelle est attaché ton amour,

Cette chose est dorée par des qualités divines.

Quand la dorure est retournée à sa source originelle, et que seul le cuivre reste,

Ta nature est rassasiée et la rejette.

Laisse de côté ce qui est doré par des qualités apparentes,

N'appelle pas, par ignorance, splendide le vil alliage.

Car dans la monnaie fausse, la beauté est empruntée :

Sous l'éclat se trouve la substance sans éclat.

La lumière va du mur jusqu'au soleil,

Va, toi, à ce soleil qui se meut harmonieusement.

Désormais prend l'eau qui descend du ciel,

Puisque tu n'as pas trouvé de fiabilité dans l'aqueduc.


ROUMI

Partager cet article

Commenter cet article